» Accueil » Le statut de la femme à travers l’histoire » La femme dans la Rome antique

La femme dans la Rome antique

L’auteur du livre L’Histoire de la Civilisation dit ((1/3) P. 119.) : La naissance d’une fille n’était pas désirée généralement, aussi les coutumes autorisaient le père, quand sa femme accouchait d’un enfant malformé ou d’une fille, à l’exposer à la mort ; en revanche, ils aspiraient ardemment à avoir des garçons.

La femme dans la société romaine était juridiquement incapable et entièrement soumise au pouvoir de l’homme. Il avait des droits très étendus sur tous les membres de sa famille, et entre autres, celui de décréter la mise à mort de sa femme face à certaines accusations. Il avait toute autorité sur les épouses de ses enfants et pouvait ainsi décider de les vendre, les torturer, les exiler ou les mettre à mort.

Le rôle de la femme consistait à écouter et obéir ; elle n’avait aucune possibilité de s’opposer aux ordres ou de revendiquer ses droits. Elle était privée de tout héritage, car les biens revenaient toujours au fils aîné. Le Romain pouvait intégrer un étranger à sa famille ou en exclure un membre en le vendant (Comparaison des religions P. 188 et La Civilisation des Arabes P. 408.).