L’autorité

Allah (l'Unique) dit:

Les hommes ont autorité sur les femmes en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. (Sourate 4 : An-Nissa, verset 34.)

C’est une responsabilité confiée exclusivement aux hommes, car la constitution physique et mentale de l’homme le prédispose à assumer l’autorité, il s’agit d’une chose innée mais aussi acquise à cause des responsabilités qui incombent à l’homme vis-à-vis de la femme, notamment sa prise en charge et sa protection, et il est le gouverneur chez lui et responsable de sa famille comme l’a dit le Messager Muhammad (qu'Allah soit satisfait de lui).

Quant à la femme, du point de vue de sa constitution physique, elle est plus faible que l’homme à cause des nombreux phénomènes biologiques et événements qui rythment son existence comme les menstrues, la grossesse, l’accouchement, l’allaitement et les soins permanents prodigués à l’enfant en bas âge. De ce fait, elle ne peut pas assumer l’autorité comme il se doit. Examinons ces points de plus près :

  • Les menstrues ont un effet notoire sur le psychisme et l’humeur de la femme et affaiblissent son corps à cause du sang qu’elle perd chaque mois.
  • Pendant la grossesse, la femme connaît de vives douleurs physiques dues au développement du fœtus dans son ventre qui absorbe une grande quantité de son alimentation, ce qui fait qu’elle soit toujours fatiguée et que le moindre effort l’affecte ; de plus elle n’est pas épargnée du point de vue psychologique à cause de l’inquiétude qu’elle nourrit à l’égard du fœtus et la peur qui l’assaille à l’idée de ce qui pourrait arriver au moment de l’accouchement, tout cela a un effet négatif sur son psychisme et par conséquent sur son comportement et ses actes.
  • L’accouchement s’accompagne de douleurs atroces qui la contraignent à prendre du repos et éviter les efforts pendant une période qui varie d’une femme à une autre.
  • Lorsque la femme allaite son bébé, une partie de son alimentation passe chez son enfant, ce qui affecte sa santé ; c’est ainsi qu’on constate par exemple chez certaines femmes qui allaitent, des problèmes de chute de cheveux, de teint terne ou de vertiges fréquents.
  • L’enfant en bas âge a besoin d’une attention permanente, de jour comme de nuit.

Al-Aqâd a dit : (La Femme dans le Noble Coran : Abbas Mahmud Al-Aqâd)

« La femme a une constitution particulière qui ne ressemble pas à celle de l’homme, car pour pouvoir rester en permanence avec le nouveau-né il faut qu’il y ait une harmonie totale entre son enfant et elle, de sorte qu’ils se comprennent et communiquent mutuellement en utilisant le langage du corps et de la tendresse ; ce sont là les fondements de l’essence féminine qui expliquent que la femme soit facilement portée à réagir selon l’instinct et le sentiment, ce qui rend difficile pour elle ce qui est facile pour l’homme comme l’intervention de la raison, la prépondérance du jugement et la fermeté de la détermination. »

Le Dr. Alexis Carrel, prix Nobel de physiologie et de médecine, expliquant la différence organique qui existe entre l’homme et la femme a dit : (L’Islam Met au Défi, Waheed Ad-Dine Khan P. 168 ; Man, The Unknown, P. 93)

« Les éléments qui distinguent l’homme de la femme ne se limitent pas seulement aux différences existantes au niveau de la forme particulière de leurs organes génitaux, de la présence de l’utérus, ou de la capacité à la grossesse ; ils ne se limitent pas non plus à la différence de méthode suivie pour éduquer les uns et les autres. La différence entre les deux sexes a une dimension plus fondamentale, elle est déjà présente dans la nature des tissus qui composent leur organisme respectif et des hormones sécrétées dans le corps : les hormones féminines sécrétées par les ovaires font de la femme un être totalement différent de l’homme. Ceux qui revendiquent l’égalité entre le sexe faible et l’homme ignorent l’existence de toutes ces différences fondamentales et prétendent qu’il leur faut le même type d’enseignement, de responsabilités et de fonctions, or la femme est en réalité bien différente de l’homme, car chaque cellule de son organisme porte une empreinte féminine ainsi que tous ses différents organes et cela s’étend jusqu’à son système nerveux. Les lois qui régissent les fonctions des organes sont aussi fixes et rigides que les lois du cosmos dans la mesure où on n’y peut opérer aucun changement par de simples souhaits humains. Nous devons plutôt les accepter comme elles sont, et éviter de nous lancer dans ce qui est contre-nature. Les femmes doivent développer leurs atouts conformément à leur nature originelle et cesser d’imiter les hommes».

De même, les muscles de l’homme sont plus solides que ceux de la femme et cela se voit et se vit, car les hommes font des travaux pénibles et fatigants que les femmes, très souvent, sont incapables d’exécuter. Compte tenu de tout ce qui précède, on comprend aisément pourquoi l’homme mérite d’avoir autorité sur la femme.