» Accueil » Les droits de la femme en Islam » Ses droits en Islam en tant qu’épouse » Le droit à une cohabitation convenable et à un bon traitement

Le droit à une cohabitation convenable et à un bon traitement

Elle a droit à un bon traitement et à l’égard, même lorsque le mari a de l’aversion envers elle, car Allah (l'Unique) dit :

Et Comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. (Sourate 4 : An-Nissa, verset 19.)

Et au cas où il éprouverait de l’aversion envers elle, il ne doit pas la mépriser et la rabaisser, il doit plutôt la traiter avec bonté, tendresse et compassion ou alors se séparer d’elle avec bonté, comme Allah (l'Unique)le dit:

Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec bonté. (Sourate 2 : Al-Baqarah, verset 229.)

Etant donné que la perfection est quelque chose d’impossible chez les femmes, le Messager d’Allah (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit ceci :

« Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car la femme a été créée d’une côte. Or ce qui est le plus recourbé dans la côte c’est sa partie supérieure. Si vous essayez de la redresser, vous la brisez, et si vous la laissez en paix, elle restera toujours recourbée. Soyez donc bienveillants à l’égard des femmes. ». (Al Boukhari (3/1212), hadith n° 3153.)

Avoir des manquements dans la vie conjugale est quelque chose de bien possible, pour cela, il est recommandé au mari de patienter et d’endurer les erreurs de sa femme dans le but de sauvegarder la vie conjugale. Il faut bien qu’à chaque fois qu’il mentionne ses défauts il se rappelle aussi de ses qualités. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« Le Croyant ne doit pas haïr sa femme : s’il trouve en elle un défaut, il trouve également une qualité qui le satisfait » . (Mouslim (2/1091), hadith n° 1469.)

Il doit être tendre, affectueux et doux à son égard. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« Le Croyant dont la foi est la plus complète est celui qui a le meilleur comportement ; et les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs envers leurs femmes. ». (Sahih Ibn Hibban, 9/483, hadith n° 4176.)

Le mari doit aussi s’amuser avec elle, la cajoler, plaisanter avec elle et la faire rire. Aïcha –qu’Allah soit satisfait d’elle- rapporte : Le Messager d’Allah (qu'Allah soit satisfait de lui) avait fait une course avec moi et j’avais gagné ; puis lorsque j’eus pris du poids, il fit une (autre) course avec moi et gagna. Puis, le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) dit :

« C’est la revanche de l’autre fois ». (Sahih Ibn Hibban, 10/545, hadith n° 4691.)

Bien plus, cela est considéré en Islam comme faisant partie des choses sérieuses comme nous pouvons le remarquer dans ce hadith du Messager (qu'Allah soit satisfait de lui) :

« Toute chose avec laquelle l’homme joue est futile sauf le tir que l’homme fait avec son arc ou le dressage de son cheval ou la cajolerie avec sa femme, ces choses-là sont des choses sérieuses » . (Al Baïhaqui (10/14), hadith n° 19517.)

Il doit préserver ses biens personnels et n’en disposer qu’avec sa permission, il ne doit rien y toucher sans son consentement ou à son insu. Allah (l'Unique) dit:

Et ne dévorez pas mutuellement et illicitement vos biens. (Sourate 2, verset 188.)

Il doit la consulter dans les affaires concernant le foyer, les enfants et leurs affaires communes. Il n’est pas du tout raisonnable que l’homme dicte son opinion sans aucune considération de l’opinion de son épouse si elle est juste ; la consultation fait partie des choses qui renforcent l’amour entre eux. Allah (l'Unique) dit :

[Pour ceux qui] se consultent entre eux à propos de leurs affaires. (Sourate 42 : Ach-Chourah, verset 38.)

Il doit aussi l’aider dans les tâches ménagères sans se montrer hautain, car le Messager (qu'Allah soit satisfait de lui) raccommodait ses habits, recousait ses chaussures et aidait sa famille dans certaines tâches de la maison. Interrogée sur ce que le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) faisait chez lui, Aïcha - qu’Allah soit satisfait d’elle- répondit :

« Il était au service de sa famille et quand arrivait [l’heure de] la prière, il se rendait à la prière ».(Al Boukhari (1/239), hadith n° 644.)

Or nous avons en le Messager d’Allah (qu'Allah soit satisfait de lui) un excellent modèle à suivre.

Eviter de traquer ses faux-pas et ses erreurs. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« Quand l’un de vous a été longtemps absent, qu’il ne frappe pas à la porte de sa femme durant la nuit. ». (Al Boukhari, 5/2008 ; hadith n° 4946.)

C’est le fait de rentrer d’un voyage pendant la nuit sans avoir avisé sa femme et à son insu, car il peut la trouver dans un état qui ne l’enchante pas, ce qui peut le pousser à la détester.

Il doit éviter de lui causer de tort, ne serait-ce que par des propos qui la choquent et l’attristent, car le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui), répondant à celui qui lui demandait :

« Quel est le droit de l’épouse sur son mari ? » a dit : « Tu dois la nourrir quand tu te nourris, l’habiller quand tu t’habilles ou quand tu fais fortune, ne pas frapper son visage, ne pas l’injurier et ne t’éloigne d’elle [en guise de punition] qu’en la maintenant chez elle [sans l’envoyer dans une autre maison] ». (Abû Dâwud (2/244), hadith n° 2142.)

Elle a le droit, si elle éprouve de la répulsion pour son mari, de demander le divorce à condition qu’elle lui rendre sa dot, sauf s’il y renonce. Habibah fille de Sahl était l’épouse de Thabit ibn Quaïs qui était un homme au physique peu agréable, alors elle dit :

Ô Messager d’Allah ! Si je ne craignais pas Allah, j’aurais craché sur son visage à chaque fois qu’il entre chez moi. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) lui dit : Vas-tu lui rendre son jardin ? Oui, dit-elle. Elle lui rendit son jardin et le Messager d’Allah (qu'Allah soit satisfait de lui) les sépara. (Ibn Maja (1/663), hadith n° 2057.)

Le mari doit aussi la préserver contre toute chose qui peut avilir son honneur et salir sa réputation. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« Trois personnes n’entreront pas au Paradis : « Celui qui est ingrat envers ses parents, celui qui n’est pas jaloux de sa femme et la femme qui imite les hommes. » » . (Al Moustadrak (1/144), hadith n° 244.)

Il doit être jaloux d’elle et l’éloigner des endroits où règnent les futilités, la dépravation des mœurs, la débauche et la corruption. Le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« En vérité, Allah éprouve de la jalousie, le Croyant est aussi jaloux et la jalousie d’Allah, c’est quand le Croyant fait ce qu’Allah lui a interdit » . (Mouslim (4/2114), hadith n° 2761.)

Toutefois, cette jalousie doit se faire avec modération, car le Prophète (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit :

« Il y a une jalousie qu’Allah aime et celle qu’Il n’aime pas : celle qu’il aime, c’est la jalousie en cas de suspicion et celle qu’il n’aime pas, c'est la jalousie sans suspicion ». (Ibn Maja (1/643), hadith n° 1996.)